Outre-Atlantique, la GrosManche'attitude ça se dit Indignité, et sa meilleure représentante est sans nul doute la très formidable Mère Indigne, dont on ne recommandera jamais assez les blogs (l'original, et le off qui a pris sa suite).

C'est donc avec enthousiasme que j'ai reçu le cadeau ramené par ma belle-mère (l'amoureuse de mon papa, pas la maman de l'Homme, vi chez les Gros Manches on est des gens modernes à fond dans le trip famille recomposée...) de la Belle Province :

41ooBcsFOAL

Jusqu'ici je n'avais jamais feuilleté de blog publié (faut dire que je suis une grosse radine...) et ben c'est tout de même rudement chouette, et puis le format bouquin permet de se marrer dans les transports, que pour lire le blog avec le portable sur les genoux c'est tout de même nettement moins pratique. Surtout que mon ibook chéri d'amour est en train de rendre l'âme et que je temps qu'il s'allume je suis déjà arrivée au bureau alors ça aide pas c'est sur, en plus à ma connaissance y'a pas encore le wifi dans le métro parisien. 

Ah oui, maintenant que j'y pense un livre c'est carrément plus pratique en fait...

En passant je remarque que l'indignitude maternelle est un sujet porteur ces derniers temps, vu que la recherche mère indigne sur Amazon m'a tout de même sorti cinq bouquins comportant l'expression dans leur titre. Du côté des précurseurs en la matière, on peut citer Comment ne pas être une mère parfaite de Libby Purves, qui date de 1986 tout de même et que l'on m'avait offert peu après la naissance de Porcinette. Bon Libby elle est marrante certes, mais je trouve que dans le domaine de la GrosManche'attitude elle a encore de sacrés progrès à faire.

  • Déjà elle part du principe que c'est quand même la mère qui se tape tout le boulot à la maison... Bon on va dire que c'est parce que le bouquin a plus de vingt ans, mais c'est clair que ce que j'apprécie chez Mère Indigne, c'est aussi le fait qu'on entend souvent parler de Père Indigne dans ses chroniques. Certaines pages sont même venues me rappeler des dialogues que j'avais eus avec l'Homme...
  • Et puis Libby, c'est rien qu'une britannique qui picole que du thé. Jamais elle conclut ses chapitres en s'envoyant un gin tonic et moi je dis, c'est bien dommage, d'un coup elle aurait fait un pas de géant sur le long chemin de l'indignitude.

Donc voilà, les chronique de Mère Indigne c'est chouette, lisez-en, et en bouquin c'est encore mieux !