Hier, c'était les obsèques de mon frère. Du coup on a passé une partie de l'après-midi au Père Lachaise, à deux pas de notre ancienne adresse d'il y a dix ans. Là où on habitait l'Homme et moi quand on était jeunes et beaux. Quand c'était le temps d'avant les enfants et du vomi permanent. 

Et puis en fin d'après-midi on est rentrés à la maison, dîner avec ma tante et ma GM'cousine qui devait ensuite repartir dans le grand ouest.

Et puis l'Homme a raccompagné tout ce petit monde en voiture.

Et puis à son retour il m'a dit de regarder les infos sur internet et il a allumé la télé.

...

Ce matin, il a fallu expliquer aux filles (enfin les deux grandes quoi) pourquoi exceptionnellement il n'y aurait pas école aujourd'hui (à Ivry-la-rouge en temps normal on a école le samedi matin)

C'est férié aujourd'hui ?

Pas vraiment non...

Ironiquement, les attentats de janvier dernier auront bien servi puisqu'elles ont compris tout de suite de quoi il retournait.

Pour le moment pas de panique à bord donc, et j'ai insisté sur le fait que notre petit coin de banlieue ne risquait guère de devenir une cible d'attaques.  Mais je me demande aussi à quoi ressembleront nos prochaines journées spéciales à Paris. Moi qui aime viscéralement cette ville, j'ai toujours essayé de leur transmettre l'émerveillement que je ressens encore (et malgré mon âge avancé) en me promenant simplement dans les rues de la capitale. Je voudrais tellement que pour elles Paris ne soit pas juste la grande ville d'à côté où parfois les gens se font tuer sans raison...