On n'est pas lundi, mais aujourd'hui je vais vous parler d'un super podcast féministe qui a démarré en septembre dernier et qui s'appelle Les couilles sur la table.

C'est  un podcast qui interroge la masculinité contemporaine, jusqu'ici j'ai vraiment trouvé tous les épisodes passionnants, mais un de mes préférés c'est celui qui fait parler la journaliste Titiou Lecoq autour de son livre sur le partage des taches ménagères (et à ce sujet je rappelle qu'il faut lire François de Singly).

Des conseils conjugaux sur le partage du travail domestique on peut dire que j'en ai lu une tripotée dans mon ancienne vie de lectrice de magazines féminins (mais maintenant c'est bon je suis sevrée, comme disais le poète, I'm getting too old for this shit), et pourtant, il y en a trois que je n'ai jamais lus, que j'applique consciencieusement à la maison, et que j'étais donc super contente d'entendre dans cet épisode :

  • Négociez la répartition des tâches domestiques (et surtout, faites le AVANT l'arrivée des enfants). Il faut sortir du mythe comme quoi les choses se règlent d'elles mêmes quand on est amoureux et chacun contribuera spontanément à l'entretien de la maison.

C'est des c*nneries.

Négociez en amont pour tout, ça ne fera pas de vous un couple dysfonctionnel et ça permettra d'être au clair quant aux attentes de chacun en terme de ménage/rangement à la maison.

  • Si besoin, notez toutes les contributions de chacun pendant une période test (de quelques jours à quelques semaines), histoire de bien se rendre compte de qui fait quel boulot. Parce qu'entre ce qui est ressenti et ce qui est effectivement fait il y a parfois un sacré fossé et il est important d'avoir des données concrètes là-dessus (notamment au moment de l'étape de négociation décrite précédemment). Je connais beaucoup d'hommes qui n'ont juste aucune idée de la quantité de travail nécessaire au quotidien pour vivre dans une baraque qui ne ressemble pas trop à une porcherie (je me souviens même d'un spécimen, je précise que c'est pas l'Homme, que j'avais vu s'effondrer sur son canapé après avoir passé l'aspirateur dix minutes et soufflant Ah ben je ferais pas ça tous les jours ! En même temps dans son cas ça risquait pas, c'était la première fois qu'il touchait un aspirateur cette année là...).
  • Dans la mesure du possible (et je sais que c'est pas toujours évident quand on a des emplois du temps compliqués), essayez d'alterner dans la réalisation des tâches domestiques. L'herbe est toujours plus verte ailleurs et on a facilement l'impression que l'autre se tape les corvées les moins relous. Tout faire chacun son tour, ça vous évitera d'additionner des pommes et des bananes en essayant de comparer la pénibilité de la préparation du repas, du rangement de la cuisine et du coucher des enfants. En plus je rappelle que vous êtes des adultes responsable et que donc, chacun devant être capable de survivre en absence de l'autre, vous devriez bien être capable de tout savoir faire tout seuls comme des grands (même si à deux c'est quand même plus marrant).

Enfin un dernier conseil, qui ne figurait pas dans le podcast celui-là, mais je pense que c'est parce que les enfants de Titiou Lecoq sont encore trop jeunes,

  • Il n'est jamais trop tôt pour commencer à exploiter ses enfants. Ok, 3 ans c'est peut être un peu trop tôt. Mais sinon on peut très bien leur confier des tâches comme mettre/débarrasser la table dès 5 ans (d'autant plus qu'on les met à contribution à la cantine de maternelle, donc ils savent faire hein), puis le rangement des chambres, puis participer à la préparation des repas... et un beau dimanche matin, vers 9h30, votre fille de 8 ans débarque dans la chambre avec un plateau où elle a mis du jus d'orange et des croissants qu'elle est allée acheter toute seule comme une grande (#TrueStory). Franchement ça vaut le coup de les mettre à contribution à la maison.

giphy (22)

Oui bon, les mini-manchottes ne ressembleront jamais à ça, mais je m'en cogne, j'ai des viennoiseries au petit-déjeuner.