Après 8 jours de répit, je me suis réveillée jeudi de la semaine dernière avec une mal de dos reparti comme en 40, mais en pire. Au point que le temps de me traîner de mon lit à la salle de bain (qui sont pourtant très proches) pour choper du Daffalgan, j'avais commencé à faire une chute de tension et à tomber dans les pommes.

Du coup c'est l'Homme qui m'a apporté mes médocs pour calmer la douleur, et une fois que ceux-ci ont commencé à faire effet, c'est encore lui qui m'a emmenée aux urgences.

Où on m'a refait une ordonnance pour des anti-inflammatoires. (beurk !)

Mais avec aussi un truc pour protéger l'estomac cette fois. (ouf !)

Et puis une ordonnance pour un scanner. (enfin !)

Lundi c'était donc scanner, où une gentille radiologue m'a informée que j'avais un disque entre deux vertèbres légèrement déplacé. Que y'avait pas grand chose à faire et que ça allait prendre du temps pour revenir en place.

Mardi mon généraliste a confirmé le diagnostique, et m'a aussi envoyé chez un neurologue pour s'assurer que le nerf n'était pas endommagé.

Vendredi c'était neurologue, et j'ai eu le droit à un électro-myograme, un examen super sympa où on vérifie que tes nerfs fonctionnent en te plantant des aiguilles dans le bras et en envoyant des décharges électriques.

tenor (6) 

En gros ça fait un peu cet effet là.

Or donc, mes nerfs vont très bien (si ce n'est le disque déplacé qui appuie dessus), et maintenant faut que je retourne voir le généraliste qui va juste me re-refiler une plâtrée d'anti-inflammatoires pour calmer la douleur jusqu'à nouvel ordre.

Parce qu'en gros on ne peut rien faire (à part traiter les symptomes), mais au moins, petite veinarde que je suis, désormais je sais pourquoi j'ai mal.

855 

Franchement le neurologue, si j'aurais su j'aurais pas venu.