Demain dès l'aube (oui j'aime bien caser cette référence, mais en l'occurence c'est particulièrement vrai), l'Homme et les trois mini-manchottes s'engouffreront dans un taxi qui les emmènera à gare de Lyon, où un TGV les emmènera à Modane, où un autre taxi les emmènera jusqu'à la station de ski, où ils passeront une semaine de vacances en compagnie des parents de l'Homme.

Une semaine.

Sept jours peinarde à la maison pour votre serviteuse.

La dernière fois que j'ai passé sept jours peinarde chez moi c'était en juin 2006, l'Homme vivait en Allemagne et les filles n'étaient pas encore nées (par contre j'étais bien malade pour cause de grossesse débutante). Donc là, inutile de vous dire comment je me sens à la perspective de cette semaine de silence domestique (spoiler, désespérée à l'idée de passer du temps sans ma progéniture n'est PAS la bonne réponse).

giphy-1 (1) 

Présentement mon seul souci c'est que mon petit cerveau de Schrödinger frôle le burn-out depuis 10 jours à force d'osciller sans cesse entre les deux propositions suivantes :

OMG, je vais rien foutre à la maison pendant une semaine !!!!

OMG, je vais sortir tous les soirs pendant une semaine !!!

Néanmoins la première option me semble la moins probable dans la mesure où j'ai déjà prévu de faire des trucs dimanche, lundi, mardi et mercredi soir. Enfin bon, comme je disais du temps insouciant de ma jeunesse désormais envolée, On dormira quand on sera mort !