Je me posais la question l'autre jour en écoutant l'épisode d'Un podcast à soi consacré à la masculinité, en me disant que finalement, en tant que mère de trois filles, le taf était plutôt simple (du moins en théorie).

Je leur apprends à être fières d'elles sur tous les plans, je les valorise sur tout ce qu'elles entreprennent, je les encourage dans leurs projets et je les incite à ouvrir la voix (sans pour autant aller piétiner les autres non plus, on n'est pas des sauvages tout de même). Je leur parle d'égalité, de choix, de consentement, de respect de l'intégrité physique.

Mais les parents de garçons, comment ils font ?

Bien sur il y a tout le travail de déconstruction de la virilité, dire que chacun peut exprimer ses émotions, que toutes les fantaisies vestimentaires et capillaires sont possibles, pour les garçons aussi, et qu'il n'y a pas que les tas de muscles dans la vie. Il y a un travail sur la notion de respect dû à tou·te·s, et puis les mêmes questions sur le choix et le consentement, bien sur.

Mais quand on arrive à la question de la domination, on leur dit quoi, aux garçons ?

Parce que mes filles je leur dis de prendre leur place, et c'est un discours facile à entendre pour elles parce qu'elles ont tout à y gagner.

Mais les garçons, comment on leur dit de laisser la place de dominant que la société leur attribue d'emblée ?

Est-ce qu'on peut les convaincre de renoncer aux privilèges masculins juste par amour de la justice, alors que le gain immédiat associé à ce renoncement est loin d'être évident au premier abord (et encore plus pour un enfant) ?