9782355221224 (1)

J'ai donc fini de lire (ou plutôt dévorer) le Sorcières de Mona Chollet, et comme on pouvait s'y attendre il est à la hauteur de ses brillants prédécesseurs. On peut y trouver notamment une filiation assez limpide avec Beauté Fatale, puisque Sorcières nous parle, entre autres, des sources historiques de l'aliénation féminine (comme outil de domination sur les femmes) que nous vivons toutes aujourd'hui.

Quarantaine oblige, j'ai particulièrement apprécié le chapitre sur le vieillissement féminin, qui ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur un sujet encore trop rarement abordé. Et même si je ne partage pas toujours de point de vue de Mona Chollet, en même temps elle et moi (la mère de famille nombreuse de formation scientifique) avons manifestement des vécus très différents, c'est toujours un plaisir de lire ses textes, que je trouve remarquablement stimulants sur le plan intellectuel.

Mon seul (et ridicule) petit bémol, c'est l'absence dans cette galerie de femmes fortes des sorcières stars crées par Terry Pratchett : Esmerelda Weatherwax et Gytha Ogg.

Quand on voit comment le personnage de la sorcière et de la femme âgée peut être violemment attaqué et/ou tourné en ridicule, on réalise leur exemplarité. Ce sont des femmes puissantes et sures d'elles (à raison), respectées par leurs communautés, et elles sont les héroïnes incontestées de nombreux tomes des Chroniques du Disque-Monde. Ce qui est intéressant c'est qu'elles ont fait des choix de vie assez différents, Esme vit seule et sans enfants, Gytha est une matriarche à la tête d'une immense famille, et sont chacune parfaitement épanouie à leur manière. À la lumière du chapitre sur les femmes âgées, le personnage de Gytha Ogg est particulièrement intéressant, car c'est une bonne vivante à la libido encore vivace et parfaitement assumée, ce qui donne cette citation inoubliable de Lords and Ladies :

Nanny Ogg looked under her bed in case there was a man there. Well, you never knew your luck.

Nounou Ogg regarda sous son lit, au cas où il y aurait eu un homme. Des fois que, sur un coup de chance....

Je ne compte pas le nombre de fois où en lisant Pratchett je me suis dit Quand je serai grande/vieille, je veux être comme granny Weatherwax ou Nanny Ogg, donc,

 

Soyez des sorcières, certes, mais des sorcière pratchettiennes !

Edit du samedi soir : Et c'est justement Mona Chollet qui a fait l'ouverture de la deuxième saison de la Poudre, un de mes podcasts féministes favoris, et bien sur ça vaut sacrément l'écoute !