couv-1ere-rvb

Je vous ai déjà parlé de ma coupine Ophélie, qui avait écrit un très chouette roman de fantasy intitulé La dernière Fée de Bourbon.

Cet été elle a sorti un nouveau roman, ça s'appelle L'Enceinte 9 et ça se déroule dans un univers post-apocalyptique.

Et c'est un $*%£ de bon roman.

(du genre où il m'est impossible d'exprimer toute l'ampleur de mon approbation sans avoir recours à un nombre significatif de gros mots).

Parce que c'est un roman qui regorge de bonnes idées et qui parvient à mettre sur pied un univers riche, cohérent et original. J'ai été particulièrement impressionnée par le travail de fond effectué pour concevoir cet univers futuriste où les ressources sont rares et gérées avec parcimonie. Il y a plein de trouvailles qui apparaissent par petites touches, mais sans exposition lourde ou interminable, et qui rendent la vie au sein de l'Enceinte 9 particulièrement crédible.

Et puis sur cette histoire, on sent planer les ombres tutélaires (et pas complètement nazes s'il vous plaît) de :

  • La trilogie Hunger Games, pour la jeunesse des protagonistes
  • Battlestar Galactica, pour l'Humanité confinée et réduite à quelques dizaines de milliers d'âmes.
  • La trilogie Maddaddam de Margaret Atwood, dont je ne répéterai jamais assez qu'il faut la lire. Si vous trouvez que Handmaid's Tale est visionnaire sur la question des droits des femmes, allez donc voir ce que dit Maddaddam du capitalisme et de la question environnementale... là encore pour le confinement et la pandémie meurtrière.
  • Stand Still Stay Silent, aussi pour la pandémie et un personnage principal qui a mieux à faire que de tomber amoureuse là tout de suite maintenant (genre au hasard parce qu'elle est un peu occupée à sauver le monde)

Mais attention, si L'Enceinte 9 est traversée d'interrogations communes aux oeuvres précitées, elle n'en développe pas moins un univers qui lui est propre et dans lequel je ne saurais trop vous recommander de plonger !

(Et puis cerise sur le gâteau, la couverture est juste trop stylée avec ses dorures en mode circuit imprimé. Je sais bien qu'on n'est pas censé juger un livre sur sa couverture, mais en fait si, c'est tellement important pour donner envie de lire une belle couverture !)