Avec la rentrée j'ai repris mes entraînements quotidiens de vélotaffeuse et, après les vélib' électriques déchargés, je commence à doubler des vélos normaux (une copine parle de vélos musculaires, en oppositions aux électriques, j'aime assez l'expression) en montée. Normalement si la grève se prolonge, le mois prochain je me paye les VAE.

Et même si elle se prolonge pas d'ailleurs.

Parce que force est de constater que cet exercice physique initialement subit me fait quand même énormément de bien. Déjà je suis infiniment moins claquée que le mois dernier, que ce soit en haut des montées ou à la fin de la journée, où j'ai moins l'impression que je vais m'endormir dans mon bol de soupe. Et puis pour mon petit Noël, l'Homme m'a offert (sur ma demande) une superbe parka spécialement conçue pour faire du vélo et donc désormais je ne crains plus ni la pluie ni les bourrasques de vent quand je suis en selle. Donc je me dis qu'il ne serait pas complètement idiot de continuer à aller bosser en vélo quelques jours par semaine (ce qui était d'ailleurs le plan initial).

Par contre je déteste toujours le monde entier à la fin de chacun de mes trajets (avec une pensée spéciale pour les automobilistes qui bloquent les intersections comme des cons, et les deux roues motorisés qui roulent sur les pistes cyclable, je suis sure qu'il y a une cercle de l'enfer tout spécialement pour eux), mais bon, je suppose qu'il y a une limite à ce qu'on peut légitimement attendre d'un vêtement.

6cecbcf36616f26f6a44be1a293d61df

Un truc chouette avec le vélo en ville, c'est qu'on peut très vite se prendre pour le roi du bitume...

enfin jusqu'à ce qu'une voiture manque de vous écraser au prochain carrefour quoi...