Six semaines après leur rentrée à l'école allemande les mini-manchottes semblent s'être très bien acclimatées.

Bon bien sur ça ne sera pas un grande année pour l'apprentissage du français et de l'histoire-géo, par contre les maths ça roule, elles font toutes les deux de l'anglais, et bien sur elles bénéficient aussi de cinq heures hebdomadaires de cours d'allemands spécifiquement destinées aux enfant germanophones, où elles sont en tout petit comité (un à deux enfants pour Totorelle, trois ou quatre pour Gruffalotte) donc c'est super confortable. Côté intégration dans la classe elles ont toutes les deux des copines et Gruffalotte semble même avoir un amoureux, un petit blond choupinou qui lui colle aux basques toute la journée.

Bref, ça se passe bien.

Par contre il y a encore parfois quelques petits problèmes de compréhension au moment de noter les devoirs :

Aujourd'hui la maîtresse elle a dit qu'il fallait que la semaine prochaine on ramène une grosse Kartoffel en classe !

...

Une grosse Kartoffel ???

Mais pourquoi tu aurais besoin de ramener une grosse patate en classe ???

Tu es sure d'avoir bien compris ce que disait la maîtresse ?

Oui ! Elle a dit eine grosse Kartoffel !

Parents de peu de foi que nous sommes, on s'est dit qu'elle avait mal compris et on lui a pas donné de grosse patate.

On aurait du.

Aujourd'hui tous les enfants ils avaient ramené leur patate en classe sauf moi !

Mais qu'est ce que vous avez bien pu faire avec des patates ?

(à part les manger, je veux dire)

Et bien figure-toi, ami·e lecteur·rice, qu'avec une patate, en cours d'histoire (sur la préhistoire), tu peux t'entraîner à tailler un silex, et en cours de géo, tu peux la couper en fines lamelles pour comprendre le concept de lignes de niveau sur une carte.

AhOuaisquandmeme

La patate, cet outil pédagogique méconnu. 

tenor (34)