La couture des gros manches

samedi 19 avril 2014

SOS GrosManches, les bons conseils couture de Mamie Chofie

Alors dans la foulée de mon comparatif de machines à coudre, aujourd'hui je vais vous apporter des éléments de réponse à une question récurrente chez les apprenties couturières de mon entourage :

Est-ce-que ça vaut le coup que je m'achète une machine à coudre, et combien mettre dans l'achat ?

Quand je me suis achetée feue ma Janome (RIP) il y a de cela près de neuf ans (ah, ça nous rajeunit pas ma bonne dame, c'est sur !), j'avais essayé de répondre à cette question en utilisant les équivalents ourlets.

Gné, c'est quoi ça les équivalents ourlets ?

Je m'explique : Même si l'apprentissage de la couture s'avère être un échec complet et que vous n'arriviez jamais à réaliser vos propres vêtements maison, il y a toujours un truc que vous pourrez faire avec votre machine à coudre, c'est des ourlets (de jupe, de pantalon, de manches). Et ça tombe plutôt bien, parce que les ourlets des vêtements en prêt à porter sont souvent de très mauvaise qualité et ont généralement assez vit besoin d'être refaits. Mais si, vous savez bien, il y toujours un petit fil qui dépasse des vêtements, même tout neufs, on tire dessus et zzzzouip ! Tout l'ourlet de votre jambe droite vient de se découdre, ah ben c'est malin tiens  !

Or recoudre les ourlets à la main, c'est long, c'est fastidieux et c'est franchement pas l'activité la plus épanouissante au monde pour animer les longues soirées d'hiver, alors qu'à la machine c'est l'affaire de cinq minutes. Bien-sur on peut toujours amener ses fringues décousues chez un retoucheur, et il faut compter dans les 10€ par ourlet.

Du coup l'équivalent ourlet c'est simple, c'est le nombre de vêtements à recoudre pour que l'achat d'une machine soit rentable par rapport aux visites chez le retoucheur. Quand j'ai acheté mon ancienne machine (qui coûtait environ 200€), je devais recoudre manuellement entre 4 et 5 vêtements par an (sans compter ceux que je portais non recousus en espérant que ça ne se voit pas trop...), ce qui signifie que si l'apprentissage de la couture avait été un échec, je l'aurais tout de même rentabilisée en 4 à 5 ans (et une machine utilisée seulement occasionnellement pour des ourlets a une durée de vie nettement supérieure à ça). Au final ma machine est morte au bout de 8 ans et demi et après réalisation d'une bonne centaine d'ouvrages, donc je pense que je suis largement rentrée dans mes frais, et c'est pour ça qu'aujourd'hui je vais m'en racheter une sans hésiter...

janome_milady_41_c010520h1a_1299150110226

(ça c'est le modèle juste au dessus de mon ancienne machine, elle fait les boutonnières en une étape et je suis tentée, tentée.

Je sens que je vais finir par me créer un tableau Sewing Machines Porn sur Pinterest...)

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 16 avril 2014

Avril 2014 : Une besace express (Tuto inside)

Or donc, avec son bras en écharpe, Porcinette ne peut plus porter son cartable sur le dos, et c'est là qu'on a découvert que ledit cartable est en fait super lourd pour une petite fille droitière de sept ans, quand celle-ci doit le porter de son seul bras gauche.

Du coup on a cherché une alternative au cartable. Au début elle a taxé un sac besace appartenant à l'Homme, mais celui-ci a commencé à râler que c'était son sac et qu'il en avait besoin (père indigne, va !), alors comme je suis une mère formidable, j'ai entrepris de lui coudre une besace.

Ok, pour être tout à fait honnête, mon premier réflexe a été de passer voir à Monop' si des fois ils auraient des besaces pour enfants jolies et pas trop chères. Sauf qu'en avril, les besaces et cartables y'en a pas en rayon, que dalle, nakache, tintin des nèfles.

Du coup je me suis mise au boulot, et j'ai même dessiné le patron de la besace de mes blanches mains, en partant du principe qu'un sac, au fond, c'est rien qu'un parallélépipède rectangle en tissu, et donc ça devrait pas être trop compliqué à réaliser. La GM'attitude dans toute sa splendeur quoi.

Une fois le patron dessiné, je me suis souvenue qu'il y a justement un patron de cartable dans les Intemporels pour Enfants, et après consultation j'ai pu constater que leur cartable avait grosso modo les mêmes dimensions (35*25cm) que celles prévues pour ma besace. Les Grands esprits se rencontrent, me direz-vous. Je vous dirais que les grands esprits sont surtout conscients qu'un cartable ça sert essentiellement à transporter des feuilles au format A4 (21*29.7cm) et que du coup 25*35cm c'est assez standard comme dimensions (d'ailleurs y'a qu'à taper patron de besace dans Gougleuh images pour s'en convaincre....).

Par contre, par rapport à ce qu'on peut trouver sur le net, ma besace a ceci de spécial que la longueur de ses sangles est réglable, histoire d'être le plus confortable possible pour Porcinette. Porcinette qui du coup était ravie en découvrant son nouveau sac samedi matin et qui l'a aussitôt embarqué pour aller au conservatoire. Et dans la foulée Totorelle a bien-sur passé commande pour avoir le même à sa rentrée en CP... et voilà, on essaye d'être sympa et tout de suite on se fait exploiter, ça m'apprendra tiens.

La réalisation a été très rapide (trois soirées), vu qu'il n'y a que des coutures droites. Pour les sangles réglables, j'ai utilisé des boucles de salopette que j'avais récupérées il y a fort, fort longtemps, elles sont fixée au bout des sangles et viennent s'accrocher à des boutons placés à la base des dites sangles (cf. les photos). Au final, je trouve le rendu remarquablement chouette compte tenu du peu de temps de travail nécessaire pour ce projet.

P1110981P1110985

P1110986

P1110990 P1110989

 

P1110996

Et comme je suis de bonne humeur ces temps-ci, je vous ai même fait un petit tuto de Gros Manches si d'aventure vous vouliez aussi équiper votre progéniture (j'envoie le pdf par mail sur demande):

TutoBesace

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 14 avril 2014

RTGros Manches, petite Jeanne deviendra grande.

jeanne-cherhal-500-tt-width-360-height-342-crop-1

L'Homme et moi on a découvert Jeanne Cherhal il y a un peu plus de dix ans, en novembre 2003 à la Cigale, en première partie de Fersen. Elle avait encore les cheveux longs, et toute seule derrière son clavier elle avait emballé la salle en deux mouvements et trois chansons. Pour la première (et unique) fois de ma vie, j'aurais pu renoncer à la tête d'affiche du concert (alors que bon, Fersen quoi) juste pour l'écouter chanter un peu plus longtemps. Ce fut un vrai coup de coeur musical pour l'Homme et moi. Du coup on s'est dépêchés d'acheter 12 Fois par an dès sa sortie, et dans l'année qui a suivi on a réussi à la voir sur scène encore 3 ou 4 fois, en finissant par un concert à la Cigale en novembre 2004 où cette fois, c'était elle la tête d'affiche, la boucle était bouclée.

Et puis en 2006, on n'a pas accroché du tout à son nouvel album, l'Eau, et comme des amoureux déçus on a cessé de la suivre (oui et puis l'année suivante on est devenus parents et dans la foulée on a renoncé à toute vie culturelle pour un bon moment, on commence tout juste à sortir la tête de l'eau en fait...ahah, ct'e bonne blague que je viens de faire à l'insu de mon plein gré !).

Mais en septembre dernier, quand j'ai vu qu'elle allait donner un concert dans mon théâtre préféré, j'ai immédiatement dit à l'Homme de réserver notre soirée. Même sans avoir écouté les albums sortis depuis, ce concert c'était une évidence, comme des retrouvailles avec une bonne copine perdue de vue depuis longtemps, mais avec qui on sait qu'on aura toujours des trucs à échanger...

Bon, ça va bien les introductions de trois plombes là, tu la craches ta Valda oui ou m* !

Ok, bon, pour résumer, jeudi dernier on est allé écouter Jeanne Cherhal en concert au théâtre Antoine VitezIvry, where else ?) et c'était trop de la balle.

C'est bon là, j'ai quand même le droit de détailler un peu non ?

J'ai été très impressionnée par la façon dont elle a gagné en maturité musicale. Je sais que l'expression peu sembler un peu vieillotte (pour elle, et du coup pour mezigue, qui suis née la même année), mais Jeanne Cherhal pour moi c'est désormais vraiment une grande dame de la chanson française. L'Homme, qui a toujours été un irrécupérable nostalgique, a regretté qu'elle n'interprète aucune de ses chansons d'il y a dix ans, moi pas trop (quoique, une petite station d'épuration ça aurait été sympa quand même), parce que les nouvelles chansons sont extras et j'étais enchantée de les découvrir.

La morale de cette histoire, c'est qu'en dix ans Jeanne Cherhal a super bien vieilli (on me signale à l'oreillette que muri serait plus sympa), tout ce que j'espère, c'est qu'on puisse en dire autant de l'Homme et moi... 

(juste pour le plaisir, la station d'épuration et sa poésie septique...)

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 12 avril 2014

Le guide du père Gros Manche

gdmp2-couv-final

Il faut croire que les québécois sont des spécialistes de la parentalité indigne, puisqu'après les Chroniques d'une Mère Indigne, je me régale désormais du Guide du Mauvais Père de Guy Delisle, donc le second tome est sorti il y a peu.

Notons que c'est d'ailleurs à l'occasion de la sortie du premier tome que j'ai découvert que Delisle était québécois, puisque son ouvrage tronait dans la vitrine de la très chouette Librairie du Québec sise à proximité de mon laboratoire, et où je fais du coup parfois des infidélités à mon libraire préféré. Je connaissais déjà les BD sérieuses de Delisle (Chroniques Birmanes et Chroniques de Jérusalem) et en bonne franchouillarde, j'avais bêtement imaginé que BD francophone et BD made in France était synonymes, ça me servira de leçon...

En attendant, le Guide du Mauvais Père (opus 1 et 2) nous fait beaucoup rire l'Homme et moi, d'autant que certaines scènes sont très proches de ce que nous avons pu parfois vivre avec les mini-manchottes (genre, quand le mauvais père en question boulotte ses céréales préférées en cachette des enfants, ou quand il raconte un gros pipeau sur la petite souris à son fils..). Bref, si vous avez un jeune papa amateur de BD auquel vous souhaitez faire un cadeau, je vous recommande vivement ces deux ouvrages.

 

guide01(on clique sur l'image pour lire la suite de l'histoire.

Comme quoi, être une parent parfait, c'est pas si facile, alors qu'être une parent qui loose, ça demande très peu d'efforts, voire aucun...)

 

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 9 avril 2014

Tombée du ciel...

... ou plus précisément, du toit de l'entrée d'un des abris anti-aérien du jardin, Porcinette s'est fracturé le haut de l'humérus droit dimanche dernier.

C'est ainsi que l'Homme a pu découvrir pour la première fois un service d'urgences médicales en compagnie d'une de nos mini-manchottes. Cinq heures plus tard (avec au milieu une attente de 16h à 18h avant de pouvoir faire une radio pour cause de coupures de courant intempestives), il revenait de l'hôpital avec une Porcinette au bras en écharpe et qui sera désormais la semi-manchotte de la maisonnée pour les six prochaines semaines... (et on dit merci à la Poule Pondeuse qui m'a inspiré ce subtil jeu de mot...). Le point positif de l'affaire c'est que ça a calmé d'un coup (crac !), et pour un bon moment, ses velléités escaladatrices dans le jardin, tout comme celles de sa petite soeur par la même occasion.

1362580136bobos

(j'ai regardé à S, et y'avait pas salto arrière depuis le toit d'un abri anti-aérien, ce bouquin est fort incomplet si vous voulez mon avis)

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,



Fin »