La couture des gros manches

lundi 23 mai 2016

RTGM, viva Jennifer !

Ce week-end on n'a pas fait que regarder la pluie tomber, samedi j'ai récolté la roquette du potager :

20160521_114632 

Autosubsistance alimentaire me voilà !

Avec l'Homme on a aussi un peu bricolé, ce qui comme à l'accoutumé nous a rempli de fierté, et ça on en reparlera plus tard cette semaine.

Et enfin, j'ai découvert dans un de mes podcasts que Jennifer Saunders et Joanna Lumley avait décidé de rempiler pour une version long métrage d'Absolutely Fabulous qui sortira cet été au Royaume-Uni (et seulement ne novembre en France, si c'est pas un scandale !).

Alors ça c'est une des meilleures nouvelles de l'année, et pour célébrer l'évènement j'ai décidé de me refaire un intégrale Ab'Fab à la maison, puisqu'il s'agit d'une des très rare séries que je possède en DVD. Après revisonnage de la première saison, je peux dire que si les tenues excentriques d'Edina et les référence au microcosme fashion des années 90 ont pas mal vieilli (je doute que mes filles comprennent quoi que ce soit à la série si elles la voient un jour), ça reste néanmoins très drôle et les relations entre Edina et Saffron prennent un saveur particulière. Maintenant que je suis moi-même passée du rôle de fille psychorigide à celui de mère, j'ai beaucoup plus d'indulgence pour le combat désespérer d'Edina contre la vieillesse (quand je pense qu'au moment de la première saison, Jennifer Saunders était plus jeune que moi aujourd'hui...) Allez, sors le champ' sweetie darling !


Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


vendredi 20 mai 2016

Petites reines et madeleine

Couv-Les-petites-reines-620x987

Après en n'avoir lu que du bien dans tous les journaux z'et blogs consacrés à la littérature jeunesse que je fréquente (et y'en a pas mal), j'ai enfin pu mettre le grappin sur le formidablement époustouflant Les Petites Reines de Clémentine Beauvais à ma médiathèque chérie (au rayon littérature pour ados, dont j'ignorais l'existence jusque là), et je l'ai dévoré aussitôt.

Comment te dire, gentil lecteur.

Bien-sur, je pourrais te parler de l'humour irrésistible qui anime ce road-trip improbable, où trois ados titrées Boudins de l'année décident de relier à (et pas en) vélo leur ville de Bourg-en-Bresse à Paris, afin de gate-crasher la garden party de l'Elysée. Je pourrais te vanter l'intelligence lumineuse de ce récit à la première personne, qui nous fait voir cette aventure hors du commun à travers les yeux de Mireille, boudin en chef et néanmoins si belle personne. Mireille c'est une Elisabeth Bennet des temps modernes, dégourdie, aventureuse, la langue bien pendue, lucide sur elle-même, mais toujours bienveillante pour les plus faibles, on devrait tous avoir une Mireille dans ses amis.

Je pourrais te dire tout ça.

Mais en fait tout ça c'est secondaire.

Parce que, Bourg-en-Bresse quoi.

Il s'avère que la ville d'origine de ces trois héroïnes, c'est aussi ma ville natale. Et que jamais je n'avais lu d'aussi jolies pages sur cette ville; à vrai dire, et pour être tout à fait honnête, c'est même la première fois que je lis quelque chose sur Bourg dans un roman. Le début du livre est un superbe hommage à la gastronomie bressane (qui assurément le vaut bien), les cuisses de grenouilles, les volailles, le saucisson brioché, les tartes au sucre, les quenelles, le pâté en croûte, et toute le reste encore... d'un coup ce sont tous mes souvenirs d'enfance de mes vacances chez mes grands-parents de Bourg qui ont ressurgi, miam !

J'ai cherché dans les interviews et biographies de la belle Clémentine d'où elle tirait ses connaissances affutées de la bonne ville de Bourg (on dit bien Bourk) et de ce qu'on y mange,mais bizarrement le sujet ne semble nullement intéresser les journalistes (c'te honte !), alors même que la ville est presque un personnage à part entière du roman, quelle injustice je vous le dis !

Donc voilà, gentil lecteur, si par hasard tu en sais plus sur les origines (burgiennes ?) de cette très talentueuse auteure, voilà qui m'intéresse fortement. En attendant, précipite toi sur ce fabuleux roman qui saura t'entraîner à toute berzingue sur les jolies routes de France !

Edit du soir (espoir !) : Tu le crois, tu le crois pas, gentil lecteur, mais ce midi même, j'ai reçu un mail de Clementine Beauvais herself (sur ordre de sa maman, ça c'est une jeune fille bien élevée qui écoute sa mère, si seulement les mini-manchottes pouvaient en prendre de la graine...) me confirmant ses origines bressanes, hahaha, just call me Colombo ! (Bon et du coup, maintenant j'ai une furieuse envie de quenelles de brochet sauce Nantua, c'est malin tiens)

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 18 mai 2016

Gruffalotte se fait recadrer

Ah ça, y'a pas à dire, la scolarisation c'est quand même sacrément efficace pour coller des clichés bien moisis dans nos chères petites blondes alors même qu'on s'efforce de leur donner une éducation féministe à la maison.

Prenez Gruffalotte par exemple, l'autre jour l'Homme sort la boite de cochon qui rit pour faire une petite partie avec elle :

dujardin-cochon-qui-rit-par-4

Le cochon qui rit, un jeu que perso je le trouve chiant comme la pluie, mais bon les filles aiment bien alors on en a quand même un à la maison...

L'Homme prend le premier cochon qui lui tombe sous la main, soit le rose, mais voilà que Gruffalotte le lui arrache aussitôt.

Non papa ! Rose fille !

Papa garçon, cochon bleu !

Et pof, elle lui colle manu militari le cochon bleu dans les mains.

Indy_zps315d58ca

...

Euh, Gruffalotte,

comment te dire...

Bon en fait on n'a rien eu à dire du tout, puisque ses aînées sont venues fissa la recadrer pour nous.

Mais non Gruffalotte !

Rose pour les filles et bleu pour les garçons c'est rien qu'un gros cliché d'abord !

Oui !

En vrai on peut choisir toutes les couleurs qu'on veut !

Bon, ben si désormais les grandes manchottes se chargent de tout c'est tranquille tiens, je leur fais confiance pour veiller au grain.

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 16 mai 2016

RTGM, découvre Modersohn-Becker

affiche_pmb

Ce week-end de Pentecôte, comme l'an dernier, on a réussi à exfiltrer les trois mini-manchottes simultanément pendant 40 h consécutives.

Du coup on en a profité pour avoir une vie culturelle, en allant notamment voir la superbe exposition sur Paula Modersohn-Becker qui est présentée au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris. C'est vraiment une très belle découverte que cette artiste qui était jusqu'ici quasiment inconnue en France, certes sans doute du fait de sa mort précoce à 31 ans, mais aussi très probablement parce que c'était une femme, tout simplement.

Et en complément, je vous propose donc d'écouter cet épisode passionnant de l'Humeur Vagabonde, avec Marie Darrieussecq, qui a justement écrit une vie de Paula Modersohn Becker, pour mieux découvrir cette artiste en parallèle de l'exposition parisienne. 

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 14 mai 2016

Quatre ans

(Un post un peu décousu, qu'il est garanti avec des vrais morceaux de mauvais goût dedans. Je dis ça juste pour prévenir l'Homme quand il le lira...)

Hier Gruffalotte a donc fêté son quatrième anniversaire.

On peut dire que l'année écoulée n'aura pas été de tout repos, mais aussi qu'elle aura vu des progrès impressionnants au niveau du langage, qui du coup permettent à Gruffalotte d'interagir beaucoup plus avec ses soeurs, et à nous de dormir beaucoup plus longtemps le dimanche matin, pourquoi vous croyez qu'on a fait plusieurs enfants si ce n'est pour qu'ils jouent ensemble et nous laissent faire la grasse matinée ? (sans oublier les croissants).

Elle a joyeusement ramené un gâteau à partager avec ses copains à l'école, soufflé ses bougies une seconde fois avec nous le soir même, et déballé les cadeaux que ses grandes soeurs lui avaient préparés.

Mais pas le notre à l'Homme et moi.

Parce que dans un geste désespéré, j'ai décrété que désormais on suspendait tous les trucs chouettes de grand (les sorties à la piscine ou au cinéma, les bonbons, le coca et le nutella, et les cadeaux d'anniversaire donc), tant que la demoiselle ne se décidait pas à faire des effort en ce qui concerne sa fréquentation spontanée des toilettes.

giphy-2 (1) 

Han ! Trop dur la vie ! 

Tu parles, Charles. En vrai Gruffalotte a l'air de s'en fiche comme de sa première couche sale, elle a râlé deux secondes quand on lui a expliqué qu'elle ne pourrait pas ouvrir son grand cadeau (une poupée Anna trop choupie avec laquelle je tente de l'appater depuis un mois) et puis elle s'est barrée pour jouer avec le cadeau de Porcinette. Mes enfants, je crois qu'on n'est pas encore rendus, et à ce stade je prends tous les conseils possibles pour convaincre un petit récalcitrant d'arrêter de crader ses culottes quotidiennement...  

ce313932c0d577dfa7ab281f8f3f27d1 (1) 

Non mais sérieux, si même Hello Kitty y arrive, pourquoi pas ma fille ?

Et sur ses considérations absolument passionnantes, je vous laisse avec la pub la plus kitsch du monde (quand je parlais de mauvais goût en début du post, c'était à ça que je faisais allusion...) 

Posté par chofie à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,