BeauteFataleQuand je ne suis pas en train de glander derrière un ordi ou sur une table de massage, voire carrément en train de faire la sieste, j'ai le neurone vif et agile. Si, si, je vous jure...

J'en veux pour preuve que je suis actuellement en train de dévorer Beauté Fatale, l'excellent essai de Mona Chollet paru en février dernier, et les mots me manquent pour le décrire.

Foisonnant, passionnant, punchy, pertinent, intelligent, érudit, critique, jouissif, subtil et drôle par dessus le marché, ça fait bien longtemps qu'un bouquin ne m'avait pas fait autant frétiller du cerveau.

Je n'en suis qu'à la moitié et déjà le livre ouvre des tas de pistes de réflexions interessantes, notamment sur la façon dont on éduque encore les petites filles (et qui forcément me touche tout particulièrement), mais aussi bien-sur autour de notre rapport au corps féminin et cette volonté étrange de vouloir le faire disparaître ou du moins de le contraindre à l'extrème à coup de scalpel et de régimes. J'ai trouvé vraiment intéressant de lire ce chapitre sur l'envie de certaines de n'être plus qu'un pur esprit justement un jour où j'avais rendez-vous pour me faire masser. Parce que ce que j'apprécie tout particulièrement dans ma tournée des spas spécial gros bidon, c'est justement de n'être l'espace d'une heure rien qu'un corps. Un corps tout détendu, tout mou, tout doux, tout chaud et tout parfumé et rien d'autre.

L'encéphalogramme plat total dans un océan de bien-être.  

Peut-être parce que ça me change du boulot, où tout ce que je demande à mon corps c'est de me tenir assise derrière l'écran pendant que ma cervelle prend les choses en charge.

Surtout aussi parce que ça me change de mon état de femme enceinte, où marcher vingt mètres suffit pour que je commence à avoir mal de partout.

Nous les femmes avons l'immense privilège de pouvoir connaître les affres du grand age en avant-première grace à la grossesse, quelle bande de veinardes nous faisons ! D'ailleurs depuis trois mois l'Homme trouve que ma conversation ressemble de plus en plus à celle d'une petite vieille :

Pfffff !!!

ça va ?

Ah pfff !!!! Ah pfff !!!

Enfin bon, trêve de digressions, Beauté Fatale de Mona Chollet, ça c'est un livre qu'il est plus que pas mal.

(et certes on peut le lire gratos sur le site de l'éditeur, mais si une grosse radine dans mon genre a pu cracher 18€ pour la version papier, et je ne les regrette pas une seule seconde, c'est que ça en vaut vraiment le coup...)