Hier je suis rentrée du laboratoire en vélo sous une pluie battante, et bizarrement j'étais assez ravie, car pour une fois la météo berlinoise était raccord avec mes souvenirs de jeunesse. Il faut dire que j'avais été un peu choquée par les journées de canicule qu'on a connues à notre arrivée en ville le mois dernier. Dans mon souvenir l'été berlinois c'était du premier au 15 août et basta, et comme à cette période là j'étais de retour en France pour les vacances, je n'avais jamais connu la ville écrasée de chaleur.

Donc voilà, désormais il refait moche et froid, ce qui est nettement plus conforme à mes souvenirs. Et ça n'empêche pas l'allez-retour quotidien au labo d'être une partie de plaisir. Il faut dire aussi que 20 minutes de plat sur des pistes cyclables, quand on se cogne la montagne Ste Geneviève à grimper de bon matin depuis six mois, c'est plutôt de la gnognotte. Et comme ma parka de compétition m'a bien évidemment suivie en Allemagne, j'ai bien l'intention d'affronter la mauvaise saison (qui par ici s'étend de septembre à mai, il faut le savoir) à vélo aussi !

f539445b9d80daebe2c290b2db2c1b3e 

La vérité, hier après-midi j'ai croisé un type à vélo qui tenait un parapluie d'une main, j'avoue que le concept me dépasse un peu.

(disons qu'en terme de casse-goulitude ça se pose sacrément là quoi)