Or donc, on a fait la journée spéciale de Gruffalotte (en compagnie de Totorelle, que sa soeur avait autorisée à nous accompagner), et finalement ça ressemblait énormément à une journée spéciale parisienne. À savoir qu'on a :

  • Visité de Deutsches Technik Museum, un super musée des sciences et techniques qui en plus a le bon goût d'être direct en métro depuis chez nous. L'espace d'exposition est immense, il y a des grands hangards remplis de trains, de bateaux et d'avions. Du coup, même si pas mal de zones étaient fermées à cause du CoVid, on y a tout de même passé deux bonnes heures et on est loin d'avoir tout vu. Cerise sur le gâteau, le musée est entouré d'un vaste parc, avec même une petite aire de jeu, où l'on peut donc se poser pour souffler un coup quand on en a marre d'être masqués. Bref, ça ferait une super sortie à la journée (il y a même des aires de pique-nique) pour quand il fait beau et on y retournera très certainement (en plus le tarif famille est super raisonnable).
  • Mangé au BK, euh, au bar à salade, bien sur, qu'est ce que vous allez imaginer là, je rappelle que je suis une mère exemplaire qui veille scrupuleusement à l'équilibre alimentaire de sa progéniture.
  • Vu un film au cinéma. On est allées voir Jim Knopf und die Wilde 13, un film jeunesse adapté d'un roman de Michael Ende (l'auteur allemand de l'inoubliable Histoire sans fin), qui semble être un classique outre-Rhin. C'était notre toute première séance de cinéma depuis mars, et j'ai passé le film assise entre deux mini-manchottes à me pencher en alternance vers l'une ou l'autre pour leur traduire les dialogues. Malgré tout ça c'était un chouette moment. Jim Knopf est un joli film jeunesse avec de l'aventure, un semi dragon, une sirène, des locomotives qui parlent, des pirates rigolos et une princesse qui n'a pas peur de se battre. Le film ne sera probablement jamais diffusé en France (c'est le deuxième épisode de la série et je n'avais jamais entendu parler du premier, sorti en 2018), et c'est bien dommage (en plus les deux enfants qui tiennent les rôles principaux sont racisés et franchement on pourrait toujours faire avec un peu plus de diversité dans le cinéma jeunesse).

En tout cas je suis contente d'avoir tenté le cinéma en allemand avec les mini-manchottes. Manifestement ça ne les a pas plus traumatisées que ça (il y a plein de gags avec les pirates qui les ont faites rire sans que j'ai besoin de traduire), donc  on renouvellera très certainement l'expérience dans les semaines à venir.